Qui suis-je?

Je m’appelle Jean-Jacques. Je suis genre monsieur tout le monde, avec femme (une), enfants (deux), chiens (deux), bagnole (une) et boulot (trop). J’exerce le métier de traducteur interprète et quand je ne suis pas trop occupé, je m’adonne à la photographie.

Picture 3
Me voilà en 1980 avec mon tout premier appareil Konica.

Mes débuts en photographie datent de 1978. Cette année-là, mon copain Marco, qui était inscrit au cours de « photo et chambre noire » de notre école, m’expliqua, non sans peine, tout ce qu’il fallait savoir pour manier une caméra. Mon premier appareil était un Zénith E soviétique, avec lequel j’ai pris un grand nombre de photos très réussies. Le Zénith est un bon reflex pour apprendre la photo de manière traditionnelle. C’est un appareil sans mystère, très bon marché et à toute épreuve : il résiste aux intempéries et aux chocs comme aucun autre. Par contre ses possibilités techniques sont modestes. Comme j’aime la photo à la lumière ambiante, je me suis vite senti sérieusement limité par son viseur étroit et très sombre. En situation de faible luminosité, la mise au point devenait un jeu de devinette. J’ai donc fini par le remplacer par un Praktica Super TL, un appareil muni d’un posemètre TTL et d’une pleine gamme de vitesses d’obturation. Du point de vue technique, c’était un pas dans la bonne direction. Le Praktica, avec son déclencheur monté sur le devant du boîtier, est aussi plus ergonomique que le Zénith. Il etait pourtant assez fragile et finit par s’enrayer. En 1980 je me suis donc acheté un Konica Autoreflex T, mon premier apareil « sérieux »

Depuis ce temps-là, j'ai developpé un penchant tout particulier pour les appareils des fabricants autres que les grands leaders de l'industrie. Au fil des années, j’ai eu l’occasion d’utiliser des appareils d’une demi-douzaine de marques différentes, dont certains, comme les Topcons et les merveilleux Mirandas, ont un cachet plutôt exotique. J’ai toutefois gardé un sentiment tout particulier pour les appareils Konica, qui sont conçus de façon intelligente et simple et construits avec soin. Celà dit, probablement le plus grand avantage du système Konica est que c’est l’unique médium donnant accès aux optiques légendaires Hexanon.

Picture 10

Ce site est dédié à Marc Maerten de Montréal