Autoreflex T (1968)

Picture 4 Picture 5

Avec l’Autoreflex T, Konica introduit le premier reflex au monde avec mesure de la lumière TTL et exposition automatique dans un même boîtier alors que la majorité de la concurrence en est toujours à la coïncidence aiguille et repère. Cet appareil connaît donc un très grand succès commercial et ancre solidement la réputation de Konica en tant que fabriquant de reflex monoculaires.

L’Autoreflex T est un appareil élégant, bien conçu, fiable et robuste, destiné aux professionnels. Sa qualité de fabrication et ses fonctionnalités en font un des meilleurs reflex sur le marché à l’époque. En plus de l’exposition automatique avec priorité à l’obturateur, l’Autoreflex T possède un testeur de profondeur de champ, un viseur lumineux et clair, un commutateur de posemètre, le relevage du miroir (grâce au retardateur) et une plage des sensibilités plus étendue (de 25 à 1600 ASA).

L’Autoreflex T est d’une conception tout à fait différente de l’Auto-Reflex. Konica lui donne une apparence plus moderne, avec le barillet des vitesses d’obturation fixé en haut du boîtier et avec la manivelle de rembobinage placée sur le même axe que la bobine du film. Malgré que la société renonce à la fonction mi-cadre avec cet appareil, il n’en est pas moins sophistiqué que l’Auto-Reflex. Il a été commercialisé sur le marché japonais sous le nom de Konica FTA et en Allemagne en tant que Revue TTL.

Traits caractéristiques :
a) Déclencheur sans collet de verrouillage et barillet de vitesses à rang de cannelures unique.
b) Levier de commande prioritaire à la base du barillet de vitesses.
c) Commutateur du posemètre à gauche de l’oculaire.

Picture 6

Variations :
Autoreflex A (1968). Même appareil que l’Autoreflex T, mais sans retardateur, sans testeur de profondeur de champ, sans relevage du miroir et sans commutateur de posemètre. Vitesse d’obturation maximum de 1/500.

Picture 2

Picture 10