Konica IIIA

Le Konica IIIA est l’avant-dernier appareil de la série des célèbres télémétriques Konica des années 1950. C’est aussi sans doute le télémétrique le plus innovateur des années 1950, et ce surtout pour deux raisons.

Premièrement, cet appareil possède un viseur très sophistiqué, très grand et clair, bien illuminé, avec un taux de grossissement de 1:1, ce qui permet de visualiser la scène par le viseur avec l’oeil droit, tout en gardant l’oeil gauche ouvert. Le périmètre du cadre dans le viseur rétrécit et grandit lors de la mise au point, un système qui corrige les erreurs de parallaxe et d’angle de champ. C’est un des premiers appareils ainsi équipé.

Picture 4 Picture 5
Konica IIIA avec Hexanon 50mm f1.8

Deuxièmement, le Konica IIIA a un levier de chargement et d’avancement de la pellicule peu commun et très pratique, situé sur le devant du boîtier, à gauche de l’objectif. Il faut actionner ce levier à deux reprises : une fois pour charger le mécanisme de l’appareil; une deuxième fois pour avancer le film. Ce système, un peu bizarre au premier abord, est très pratique car il permet de charger l’appareil et de faire des photos sans enlever l’oeil du viseur.

Les premiers modèles du Konica IIIA sont munis d’un objectif Hexanon 48mm f2,0, un objectif légendaire, réputé un des meilleurs 10 objectifs jamais fabriqués par qui que ce soit. Le Konica IIIA est également disponible avec un objectif Hexanon 50mm f1,8, lui aussi excellent. Les deux objectifs sont munis d’un obturateur très silencieux avec synchro flash de 1s à 1/500s + B, le Seikosha MXL.

Le Konica IIIA est un appareil élégant et très solide. Son poids lui vaut une prise en main sûre. La finition de son boîtier est extrêmement soignée et son fonctionnement hautement précis. De toute évidence, le Konica IIIA représente le sommet de la première série de télémétriques Konica des années 1950. Le magazine « Popular Photography » l’a appelé « un des meilleurs appareils 35mm que nous ayons jamais rencontrés ».

Le Konica IIIA a un cousin avec posemètre au sélénium couplé, le Konica IIIM. Le Konica IIIM était très possiblement le premier appareil ainsi équipé. Les Konica IIIM sont munis d’un obturateur Copal MXV, plus facile à réparer en cas de besoin que le Seikosha MXL et n’existent qu’avec l’objectif 50mm f1.8. Cet appareil a également comme accessoire un masque mi-cadre. Avec cet accessoire en place sur l’ouverture arrière devant la pellicule, l’appareil fonctionne en mode mi-cadre (17mm x 24mm). Il est assez rare de trouver un Konica IIIM avec un posemètre fonctionnel et encore plus rare d’en trouver un avec le masque mi-cadre en plus.

Picture 10