Obturateurs

Un des domaines techniques dans lesquels la société Konica démontra un génie innovateur particulier est la recherche liée au développement des obturateurs.

L’obturateur « Hi-Synchro » du modèle Konica F (1960) a été développé par Konica dans la deuxième moitié des années 1950 (les travaux de développement ont duré 7 ans). Cet obturateur, qui offrait une vitesse d’obturation de 1/2000s (6 mois avant le Canon R 2000), était un obturateur tout simplement extraordinaire pour l’époque, considérant que la vitesse d’obturation maximale de la plupart des reflex, même professionnels, jusqu’aux années 1970 était de 1/1000. Il offrait également un synchro flash de 1/125s. C’était un obturateur très cher à produire, ce qui explique que la concurrence ait mis 10 ans pour emboîter le pas. Konishiroku chercha donc une alternative auprès de la société Copal.

Copal est une entreprise japonaise à qui le duo Mamyia et Konishiroku confia la tâche de perfectionner un modèle d’obturateur fabriqué en 1957 par un particulier. Le département de recherche de Copal se mit à la tâche en s’appuyant en partie sur les résultats de recherches menées pendant quelques années par Konishiroku et Mamyia et grâce au soutien financier de la part des deux commanditaires.

Picture 1
Obturateur Copal Square

Copal finit par mettre au point, en 1961, le célèbre obturateur Copal Square I, un obturateur sophistiqué et robuste dont le design devait beaucoup à l’obturateur Hi Synchro de Konica. Le premier appareil à en être muni est le Nikorex F, fabriqué par Mamyia.

L’obturateur Copal Square S voit le jour en 1965. C'est l’obturateur mécanique Copal le plus célèbre et le plus commun. La même année il fut incorporé au Konica Auto-Reflex. Le Copal Square S a été ultérieurement utilisé dans un grand nombre d’appareils, comme le Nikkormat FT, le Ricohflex TLS401, l’Exacta Twin TL, le Cosina Hi-Lite et beaucoup d’autres.

Les obturateurs Copal se succèdent : le Copal Square E (contrôlé électroniquement) en 1968, utilisé dans le Canon EF, le Yashica TL Electro, le Nikkormat EL, etc.; le CLS (Copal-Leitz Shutter) en 1972, utilisé dans le Minolta XE et le Leica R3; et le CCS-M en 1974, dans le Nikon FM et le Konica TC.

Grâce à ses lamelles de métal et son trajet vertical, le Copal Square est extrêmement fiable et précis et devient en quelque sorte le standard dans les reflex 35mm des années 1970 et 1980. Des copies du Copal Square sont encore montées dans des reflex aussi tard que la fin des années 1990. Même une grande partie des appareils numériques de nos jours sont munis d'obturateurs qui peuvent être considérés comme descendants du Copal Square et du Hi Synchro.

Picture 10