Versions d’objectifs Hexanon AR

On trouve beaucoup de variations d’objectifs Hexanon AR sur le marché. Sur une échéance de plus de 20 ans, ces objectifs ont subi un grand nombre de modifications. Certaines d'entre elles (comme le passage de l'indication « EE » à « AE » en 1973), sont à peine perceptibles, alors que d'autres (comme l'abandon de la bague en aluminium en 1970 ou l'introduction des objectifs compacts à partir de 1976) donnent aux objectifs une aspect tout à fait nouveau. Dans certains cas, il serait peut-être plus correct de parler d'une évolution par étapes plutôt que de versions distinctes. Quoi qu'il en soit, les modifications introduites au course des années permettent de distinguer 7 versions/étapes principales :

1) Les tout premiers objectifs de la gamme Hexanon AR se caractérisent par un fini noir brillant. Ils ont une bague en aluminium portant l’échelle de profondeur de champ et une bague de mise au point en métal avec cannelures, de couleur noire. Les paramètres techniques de l'objectif sont gravées sur la bague de devant en grosses lettres moulées. Par contre, les échelles de profondeur de champ et des diaphragmes sont gravées en caractères très (trop?) petits et fins. Leur bague des diaphragmes n'a pas de dispositif de verrouillage d'exposition automatique et l'indication « EE » est accompagnée d'un petit point (
· EE ). Comme ces objectifs ont été introduits avec l'Auto-Reflex, appareil sans mesure de la lumière TTL, leur ergot protecteur du poussoir des diaphragmes n'a pas d'entaille pour communiquer au boîtier la plus grande ouverture de diaphragme. Certains d'entre eux ont été par la suite modifiés par la société en service après vente pour permettre leur utilisation sur l'Autoreflex T en mode TTL. Ces objectifs, d'apparence très élégante, ont été fabriqués en 1965 et 1966 seulement. Les premiers exemplaires de cette version, très rares, n'ont parfois qu'un petit point au lieu de l'indication « EE » sur la bague des diaphragmes. On en trouve également, destinés aux marchés japonais et européen, avec une échelle des distances en mètres seulement. Je n'ai pas encore rencontré d'exemplaire avec une échelle des distances en pieds seulement.

2) La objectifs Hexanon de la deuxième version ont gardé la bague en aluminium avec l’échelle de profondeur de champ, la bague de mise au point noire avec cannelures et les grosses lettres moulées sur la bague de devant. Mais le fini noir brillant sur les parties noires a été abandonné au profit d'un fini mat, plus discret. Les petites lettres fines indiquant les échelles de profondeur de champ et des diaphragmes on été remplacées par des caractères plus gros et plus épais avec une indication « EE » de couleur jaune. La bague des diaphragmes est pourvue d'un dispositif de verrouillage d'exposition automatique et d'un petit bouton rond de débrayage. Comme il devient nécessaire de communiquer au boîtier la plus grande ouverture de diaphragme de l’objectif monté sur l’appareil avec l’introduction de l'Autoreflex T et de la mesure de la lumière TTL, l'ergot protecteur du poussoir des diaphragmes porte une entaille, dont la longueur correspond à cette ouverture. Ces objectifs ont été fabriqués de 1967 à 1970 et sont communément associés à l'Autoreflex T.

3) A partir de 1970 les objectifs Hexanon deviennent tout noirs car la bague en aluminium est progressivement abandonnée sur la plupart des objectifs. Par contre ils gardent la bague de mise au point en métal avec cannelures et la mention « EE » de couleur jaune. Les grosses lettres moulées des inscriptions sur la bague de devant sont remplacées par des petites lettres moulées, plus discrètes. On trouve parfois ces petites lettres moulées sur certains objectifs de la version précédente. La bague en aluminium, provenant sans doute de vieux stocks, sera toutefois utilisée sur les premiers exemplaires d'un nombre d’objectifs avec revêtement en caoutchouc à partir de 1973 (in s'agit du 135mm f3,2, du 200mm f3,5, du 300mm f4,5, du 55mm Macro f3,5 et des zooms 35-100mm Varifocal f2,8 et 80-200mm f3,5). A partir de 1970, un code indiquant l'année et la date approximative de production commence à être étampé près de la lentille arrière sur les objectifs Hexanon AR (voir la section 4-d). Ce code semble avoir été introduit progressivement sur une échéance de 2-3 ans car un grand nombre d'objectifs de cette version en est pourtant dépourvue.

4) En 1973, avec l'introduction de l'Autoreflex T3, la bague de mise au point en métal avec cannelures est remplacée par une bague avec revêtement de caoutchouc. En 1975, la couleur jaune de la mention « EE » est remplacée par la couleur verte. Les objectifs à mention « EE » en vert sont assez rares car la même année, la mention « EE » est, elle même, remplacée par le mention « AE », pour « Automatic Exposure », de couleur verte, elle aussi. Cette version représente la dernière « étape » stylistique pour la gamme Hexanon AR, car le gainage en caoutchouc restera présent sur tous les objectifs Hexanon jusqu'à 1987, date à laquelle Konica abandonne le marché réflex.

5) A partir de 1976, année d’introduction du premier reflex compact Konica, l'Autoreflex TC, certains objectifs prennent eux aussi une forme plus réduite, ce qui est du surtout et à un amincissement général des parties métalliques de l'objectif et à la réduction de la taille, et du nombre parfois, de ses éléments optiques. En général pourtant, la formule optique reste la même, comme sur les deux standard 50mm f1.4 et f1,7. Sur ces nouveaux objectifs, la bague des diaphragmes ne progresse plus à mi-incréments, ce qui semble être du autant à la réalisation que les utilisateurs ont de plus en plus recours à l'exposition automatique des appareils qu'à un désir d'économie. L'année 1976 est également l'année de l'introduction dans la gamme Hexanon AR d'objectifs fabriquées par des sous-traitants. En 1976, c'est le cas de Tamron qui, dit-on, est le fabricant des trois objectifs Hexar. A partir de 1978, ce sera le cas de Tokina.

6) En 1978, l’ouverture de diaphragme f22 est intégré à la plupart des objectifs. Ceci coïncide avec l'introduction du premier appareil Konica avec gestion électronique de l'exposition et de l'obturateur, le FS-1. A partir de cette même année, certains objectifs nouveaux modèles d'objectifs sont fabriqués en sous-traitance par Tokina suivant des paramètres techniques fournis par Konica. Cette coopération commence avec le 40mm f1,8 dit « la crêpe » et continuera jusqu'à 1987. Tokina est également le fabricant du 21mm f2,8, du 35mm f2,8 en version compact, du 50mm f1.8, ainsi que des zooms 28-135mm f4,0, de tous les trois 35-70mm, du 70-150mm f4,0 et des deux 80-200mm à pompe. Le trait qui semble être commun à la plupart des objectifs Hexanon fabriqués par Tokina est le long bouton rectangulaire sur la bague des diaphragmes pour débrayer l’exposition automatique. Les objectifs Hexanon fabriquées par Konica ont tous un bouton rond.

7) La première moitié des années 1980 voit l'introduction d'e deux objectifs entièrement faits de plastic, notamment le tout petit zoom 35-70mm f3.5-4.0 et le 50mm f1,8, jusqu’alors fabriqué en métal. Moins robuste que la version en métal, il possède la même formule optique que son prédécesseur. Sur ces deux objectifs, les indices et échelles ne sont plus gravés et remplis d’encre, mais simplement imprimés. Leur légèreté les rend idéaux pour être montés sur le TC-X, lui même entièrement fait de plastic. Cette période voit aussi l'arrivée un nombre d'objectifs, surtout à focale variable, fabriqués en sous-traitance par Tokina.



Picture 10